Les collections

4 options de gestion du fumier pour votre ferme

4 options de gestion du fumier pour votre ferme


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

PHOTO: Mike Slichenmyer / Flickr

S'il y a une constante dans l'agriculture, c'est du caca - et beaucoup de choses. Un seul cheval crée 50 livres de déchets par jour; une vache de boucherie pesant jusqu'à 92 livres; un porc d'engraissement de 9½ livres; un mouton 4 livres; et une poule pondeuse 1/4 de livre, selon la «série de gestion du fumier» du Midwest Plan Service. Les discussions sur la gestion du fumier sont souvent laissées aux grandes exploitations, mais même sur quelques acres ou avec quelques animaux, vous avez besoin d'un plan de gestion du fumier. En tant qu'agriculteur, la gestion responsable des déchets de votre bétail est l'une des mesures les plus importantes que vous puissiez prendre pour la santé de votre bétail, de vos cultures, de votre famille, de vos terres, de l'eau et de votre communauté.

«Un système de gestion du fumier approprié utilise les avantages du fumier, pour une utilisation à la ferme ou à l'extérieur, sans polluer l'environnement ni offenser les voisins», déclare Athena Lee Bradley, directrice du projet de formation sur la gestion du fumier du Northeast Recycling Council et auteur du NERC manuel Gestion du fumier pour les petites fermes et les fermes d'agrément. «Les meilleures pratiques de gestion dans les petites exploitations sont pratiques, rentables et faciles à mettre en œuvre.»

Il existe plusieurs options de système de gestion du fumier à la ferme: la gestion au pâturage, le compostage, le stockage pour utilisation sur la propriété personnelle et le stockage pour l'enlèvement. Aucune option ne fonctionnera dans toutes les situations, et la plupart des agriculteurs trouveront une combinaison de ces options la plus efficace en termes de temps et de ressources.

1. Gestion du fumier sur les pâturages

Le système de gestion du fumier qui nécessite le moins d'entretien est de garder les animaux dans des pâturages bien entretenus, ce qui est également bénéfique pour la santé des animaux et du sol. Le pâturage intensif et géré nécessite la construction de clôtures temporaires et le déplacement des animaux vers de nouvelles zones de pâturage, mais l'effort se traduit par une meilleure utilisation des nutriments du fumier que de permettre un pâturage incontrôlé.

«Le pâturage intensif - des pâturages gérés - aura généralement une croissance végétale plus saine et plus dense et utilisera donc mieux les nutriments végétaux contenus dans le fumier», déclare Mark Rice, spécialiste de la qualité de l'eau et de la gestion des déchets à la North Carolina State University. «La végétation dense aidera également à réduire le potentiel du fumier de s'écouler des pâturages lors des épisodes de pluie.»

Pourtant, même dans une situation de pâturage non gérée - permettant aux animaux de parcourir une grande surface plutôt que de faire paître en rotation de petites sections de terre - la fertilisation du fumier aide à retourner sur la terre ce qui a été enlevé dans le fourrage pâturé.

Le pâturage responsable de toute zone adjacente à des zones écologiquement sensibles - cours d'eau (même les plus petits ruisseaux), terres humides et têtes de puits, pour n'en nommer que quelques-uns - est la clé de la gestion des engrais nutritifs. «Les animaux de la ferme ne devraient pas pouvoir pénétrer dans les ruisseaux ou les rivières. Dans la plupart des cas, même les étangs doivent être clôturés et un réservoir doit être utilisé pour abreuver les animaux », selon la fiche d’information sur l’intendance environnementale du bétail et de la volaille de Rice:« Les petits agriculteurs et l’environnement: comment être un bon intendant ». «Établissez des bandes d'herbe, ou des tampons, pour aider à filtrer le ruissellement des granges ou des pâturages et d'où le fumier est stocké ou épandu sur la terre.»

Assurez-vous également que votre propriété peut accueillir le bétail que vous prévoyez y garder. «Le surstockage est la principale cause de contamination de la qualité de l'eau dans les petites fermes d'élevage», dit Bradley. «Renseignez-vous auprès du service de vulgarisation local pour connaître les taux de charge recommandés pour le type et le nombre d'animaux que votre ferme peut soutenir.»

2. Compostage

Il y a de bonnes chances que vous compostiez déjà à un certain niveau dans votre ferme, même s'il ne s'agit que de restes de cuisine. Si vous avez des animaux dans une zone confinée - des poussins dans un poulailler, des chevaux dans des stalles la nuit ou du bétail dans une zone de sacrifice, par exemple - retirez les déchets et utilisez-les. Lorsqu'il est fait correctement, le compostage accélère la décomposition de la matière organique sous une forme utile aux microbes du sol et aux plantes, réduit les odeurs et le volume, et tue les parasites et les graines de mauvaises herbes.

«Le fumier composté est plus sûr que le fumier brut comme amendement du sol. Il est pauvre en sels solubles, donc il ne brûle pas les plantes. Il peut être appliqué directement sur les cultures maraîchères. Le compost est moins susceptible de provoquer des déséquilibres nutritionnels. Il a généralement un pH neutre », selon Bradley Gestion du fumier pour les petites fermes et les fermes d'agrément.

Le principe de base du compostage est d'atteindre un équilibre de carbone, d'azote, d'oxygène et d'humidité en ajoutant le bon mélange d'ingrédients avec une aération régulière. Cette équation crée de la chaleur et accélère le processus de décomposition. Il existe plusieurs moyens de gérer le compost (chaud, chaud et froid) et plusieurs systèmes pour contenir le compost (les piles statiques, les andains et les unités à trois bacs sont des options typiques pour les petites fermes).

«Le système de compostage le plus efficace est celui qui s'adapte à vos besoins et à vos procédures opérationnelles», explique Mario E. de Haro-Martí, éducateur en éducation environnementale sur les produits laitiers et l'élevage à l'Université de l'Idaho. «Évaluez ce que vous êtes [capable] de faire avec vos machines, votre temps, votre espace, votre personnel et vos ressources économiques.»

Un petit tracteur ou une chargeuse compacte avec une chargeuse à godets est idéal pour tourner et déplacer du compost. Les agriculteurs qui n'ont pas accès à ces machines peuvent encore mettre en place un système de compostage à petite échelle qui peut être géré par la main-d'œuvre. Les porcs et les poulets autorisés à parcourir librement une zone de compost sont également utiles pour retourner et ajouter des éléments nutritifs aux tas de compost.

3. Stockage pour usage personnel

Contrairement au compostage, le stockage est simplement un moyen de stocker les déchets jusqu'à ce que vous soyez prêt à les utiliser.
Un simple tas derrière la grange n’est pas acceptable sur le plan environnemental, car l’eau de pluie emportera les nutriments, ce qui pourrait polluer les eaux souterraines et l’eau potable.

«L'endroit [de stockage] doit être compacté et scellé afin que les pluies tombant sur le tas ne puissent pas lessiver les polluants dans le sol et les eaux souterraines. Parfois, le gravier dans une plate-forme tassée fonctionne bien ou la poussière de pierre est utilisée. La zone qui s'approche du coussin doit être ferme, également, pour éviter le rut pendant les périodes humides », selon Fred Kelly, spécialiste de la conservation des ressources du New Jersey de l'USDA, dans son Stockage du fumier dans les petites exploitations: options de stockage publication d'extension.

Si vous avez de nombreux animaux ou si vous prévoyez de stocker le fumier pendant une longue période, pensez à ajouter des murs de confinement renforcés. Vous voulez que le fumier stocké reste sec; par conséquent, une certaine forme de toit est nécessaire pour une pile de stockage, même si le «toit» n'est qu'une bâche fixée sur les bords. La zone de stockage doit avoir une pente de 1 à 3 pour cent afin que le ruissellement du toit et tout lessivage puissent être dirigés à travers une zone tampon d'herbe, selon Kelly.

Épandre du fumier n'est pas aussi simple que de le charger dans un épandeur et de se diriger vers le champ. Faites analyser votre sol et votre fumier pour déterminer le taux d'épandage idéal afin que vos cultures puissent utiliser tous les nutriments - ceux qui ne sont pas utilisés seront emportés.

Tenir compte des conditions du champ et des conditions météorologiques ainsi que du potentiel de contamination par des agents pathogènes des cultures et des fourrages pour planifier l'épandage. Par temps pluvieux, gardez le matériel hors des champs autant que possible, en retardant l'épandage du fumier jusqu'à ce que le compactage et le déchirement du sol ne soient pas préoccupants. En hiver, le fumier épandu sur les champs gelés est plus susceptible d'être emporté avant d'être incorporé.

Quelle que soit la météo, le fumier ne doit jamais être répandu autour des cours d'eau, des têtes de puits et des plaines inondables actives ou sur des pentes abruptes. Selon de Haro-Martí, vous devez vous tenir à au moins 30 mètres des sources d'eau lors de l'épandage sur un sol plat.

En ce qui concerne les agents pathogènes, le stockage n’offre pas les mêmes avantages à haute température que le compostage. Le but du stockage est de conserver le fumier dans un endroit pratique, et non de gérer le tas pour maximiser les nutriments et réduire les pathogènes.

«Certains agents pathogènes peuvent se propager avec le fumier dans les champs et les pâturages. La plupart du temps, ce n'est pas une préoccupation majeure si les cultures que vous cultivez sont destinées à la consommation animale (par exemple, la luzerne, l'ensilage de maïs, etc.) ou si le pâturage est destiné aux animaux par opposition aux activités récréatives », explique de Haro-Martí. «De plus, vous pouvez ajouter du fumier aux terres qui seront cultivées pour la consommation humaine ou les activités récréatives, mais la restriction de 190 jours avant la récolte ou l'utilisation doit être respectée. Pour cette raison, et parce que les nutriments mettent du temps à se dégrader également, nous recommandons l'épandage de fumier d'automne afin que vous ayez tout l'hiver et la saison de croissance pour dégrader le fumier, absorber les nutriments et laisser la nature s'occuper des pathogènes. Le mélange de changements de température, de dessiccation et de micro-organismes prédateurs tue la plupart des agents pathogènes. »

L'épandage de fumier brut comporte également le risque de propager des parasites internes. La plupart des parasites ne survivront pas à une longue période de gel très dur ou de temps extrêmement chaud et sec. Après l'épandage, herse le pâturage pour briser les mottes de fumier et exposer autant de surface que possible aux éléments. Permettez à la volaille de parcourir la zone, elle aussi, pour briser les mottes de fumier et manger sur les parasites contenus à l'intérieur. Gardez le bétail hors du pâturage pendant plusieurs semaines pour permettre aux parasites de mourir.

4. Enlèvement du fumier

Si votre bétail produit plus d'éléments nutritifs pour le fumier que vous ne pouvez en utiliser dans votre ferme, l'enlèvement est une option. Vous aurez besoin d'une installation de stockage, comme ci-dessus, mais vous aurez également besoin d'un moyen de la transporter. Il s'agit d'un service pour lequel vous pouvez engager un transporteur de fumier, ce qui peut être coûteux, ou vous pouvez être créatif et trouver des moyens de le déplacer gratuitement hors de la ferme - peut-être même pour gagner un peu d'argent.

Le fumier bien composté est précieux pour les jardiniers, les paysagistes et les agriculteurs sans bétail, surtout si votre compost est exempt de mauvaises herbes. Vous pouvez l'emballer dans de vieux sacs d'alimentation ou permettre aux gens de transporter des camions de la ferme. Selon la demande dans votre région, vous pourrez peut-être le facturer.

Même le fumier cru - en particulier le fumier de cheval - est apprécié par les producteurs de champignons. Il pourrait y avoir une demande dans votre région si vous vivez à proximité de l'industrie de la culture des champignons, comme en Californie, en Floride et en Pennsylvanie. Les transporteurs ramasseront votre fumier et certains le paieront.

«Faites de la publicité: Craigslist, magasins de jardinage locaux, circulaires locales gratuites, groupes de discussion locaux, et cetera», dit Rice. «J'ai [vu] une annonce où quelqu'un avait un cheval; ils ont déclaré dans leur annonce que si vous apportiez un conteneur, ils le rempliraient et vous appelleraient pour venir le chercher. Demandez autour de vous pour voir ce que les gens veulent. »

Amener votre fumier à la décharge est une option, mais c’est une mauvaise option. Là, les éléments nutritifs du fumier resteront inutilisés et auront le potentiel de s'infiltrer dans les cours d'eau et les eaux souterraines, sans parler de l'espace limité de décharge que le fumier occupera. Tous les gestionnaires de déchets n'accepteront pas les déchets animaux dans leur service de collecte régulier.

Votre plan de gestion du fumier en action

Décider de la meilleure stratégie de gestion du fumier créé sur votre ferme peut être une tâche ardue, surtout si vous êtes nouveau dans l'agriculture, si l'agriculture n'est pas votre engagement à plein temps ou si vous vivez dans une région où la gestion des nutriments est complexe. lois.

«Il y a des experts techniques locaux de l'USDA-NRCS, de la vulgarisation des coopératives universitaires et des consultants privés qui peuvent travailler avec un petit agriculteur pour développer un plan de gestion du fumier, et de nombreuses informations à ce sujet sont disponibles sur le Web juste après quelques recherches rudimentaires », Dit Kelly.

Si vous évaluez la nécessité d'un plan de gestion du fumier pour une ferme de votre balance, la réponse est oui - même si vous n'avez que quelques animaux, un plan de gestion du fumier est un élément important de votre plan global de ferme.

«Sans un plan de gestion du fumier - même simple et basique - une ferme avec du bétail, quelle que soit sa taille, est passible de responsabilités: se plaindre des voisins en raison des odeurs, craindre la contamination de l'eau; contamination potentielle de l'eau par le ruissellement dans les eaux souterraines, les puits, les aquifères, les ruisseaux, et cetera; animaux malsains contre les parasites et les conditions de vie malsaines; et les risques pour les familles d'agriculteurs dus à la pollution potentielle des eaux souterraines ou des puits », explique Bradley. «De plus, sans plan, les exploitants agricoles ratent l'occasion de transformer un déchet en un produit utile à utiliser à la ferme ou à vendre.

Les réglementations en matière de gestion du fumier sont plus strictes dans certains États et comtés que dans d'autres. La seule façon de connaître les règlements que votre ferme doit suivre est de demander. Renseignez-vous auprès du spécialiste de la gestion des nutriments ou du fumier de votre extension de coopérative d'État et de comté, de votre conseil de planification et de zonage de comté, de votre département national de l'agriculture et de votre département d'État de la qualité de l'environnement, suggère de Haro-Martí.

Que vous amélioriez le protocole de gestion du fumier de votre ferme parce que vos lois locales l'exigent ou parce que vous souhaitez cultiver de manière plus durable, vous en verrez les avantages. Une bonne gestion du fumier se traduit par un sol, une eau et des voisins plus heureux et rend finalement votre ferme plus productive.

Cet article a été initialement publié dans le numéro de novembre / décembre 2013 de Fermes de loisirs.

Listes de balises


Voir la vidéo: Restauration des sites miniers 1 - Sur le Terrain de la recherche (Août 2022).